Passe-Frontières

Synopsis

 

Sol tel un désert. Les têtes au sol et en hauteur.

Une tour de Babel jonchée de têtes parlantes, une multitude de monologues. Personne ne comprend personne, personne n’entend personne. Au loin des battements de tamtam, des bribes de chants nostalgiques. On distingue des rires, des appels, les têtes parlant toujours, les sons s’ajoutent et progressivement font place à un tintamarre qui se module par des événements qui se superposent et se distinguent.

La partition se compose de sons naturels tel que les 4 éléments puis de sons urbains, de sons de la vie quotidienne, d’événements d’actualité …de musiques, de chants, les saisons sont présentes volcans, chutes, éclairs. De ces sonorités apparaissent à tour de rôle des personnages agis par le son, ils arpentent l’espace scénique, comme perdus ou comme courant après l’insoutenable objet de désir, comme hantés par ce que l’on laisse derrière soi et comme enchantés par ce que l’on cherche devant soi.

La violence des sons et des voix font place à des têtes parlantes qui commencent à accéder les unes aux autres. Nous ne sommes pas dans le partage, nous sommes aux premiers  balbutiements du dévoilement, des bribes de début d’histoire personnelles des individus. Ces histoires sont le rêve, le conte, le souvenir mythique que transporte chaque personne en elle. L’ailleurs est ici. Ces histoires sont ce qui les tient debout, leurs richesses. Elles sont l’enrichissement de chacune de leur rencontre, de leur point de chute, du pays choisi. Les têtes parlantes se révèlent des personnages qui se racontent à travers un récit personnel. Après la confusion des monologues du début la parole circule. Sans être dialogue chaque fragment de récit produit une résonance qui en fait surgir un autre, chacun raconte le rêve qui l’habite, pendant ce temps les tableaux se déploient et les acteurs évoluent tel des astres à travers leurs déplacements …à travers ce qui se raconte.

L’espace est une métaphore de l’univers, sa poétique fait de nous le témoin d’une métamorphose en mouvement constant.  

Le spectacle se chorégraphie tel un voyage composé d’étapes. Une sorte de dévoilement à soi, le temps y sera signifié par la mise en scène à travers la scénographie.

Les acteurs et danseurs émergent de la scénographie dans des costumes qui nous transportent dans le monde du conte et la mythologie, ils sont le reflet de l’universel chez l’humain, ils sont la somme de ce que fait de nous la diversité, désormais c’est dans la diversité que réside la liberté, l’interculturel, l’ouverture, et malgré le carcan des frontières c’est la diversité qui devient le passeport.

Une création théâtrale interactive et pluridisciplinaire de la Compagnie Résonances, est mise en scène par  Naïma Taleb, chorégraphe – metteur en scène.

Texte de Seyhmus DAGTEKIN

Genèse du spectacle
 

Passe-Frontières emprunte les voies des mythes et légendes et à travers la question du déplacement, crée un espace commun où l’autre, l’ailleurs et la différence se croisent et se rencontrent.

Son récit puise sa source dans les légendes, contes et témoignages, venus d’ailleurs, et que des habitants du quartier Porte Montmartre / Porte de Clignancourt – pour la plupart migrants – ont confiés à la Compagnie Résonances.

 

Sa matière textuelle a pris forme aux travers d’ateliers d’écriture où ont collaboré de nombreux habitants. Seyhmus Dagtekin – poète et romancier – lui a donné sa forme finale.

C’est à l’image de cette collaboration multi-facettes que les costumes et éléments de la scénographie ont, également, été conçus sous la direction de Naïma Taleb.

Passe-Frontières est une fresque illustrant la diversité en tant qu’apport de richesses culturelles, dont la scénographie, élément clé du récit, est une matrice tantôt membrane tantôt paysage d’où émanent des personnages en costumes.

 

Par leurs mouvements, leurs paroles et leurs chants, ces personnages nous introduisent dans un méandre qui nous relie de façon onirique aux origines diverses des habitants du quartier Porte Montmartre/Porte de Clignancourt, lieu d’implantation de la Compagnie.

 

Ces récits sont en interaction et en dialogue, ils sont l’univers avec ses multiples facettes que les acteurs se sont appropriés et qui est symbolisé par la matrice en tant que paysage et par les costumes.

L’équipe artistique de Passe-Frontières
 

Metteur en Scène – Chorégraphe : Naïma TALEB. Dramaturge : Seyhmus DAGTEKIN. Assistante mise en scène : Aurélie MESSIE. Comédiens et Danseurs : Georges D’AUDIGNON, Mavikana BADINGA, Man Wai FOK, Sabrina MANA’CHE, adaoin O’DONOGHUE, Alexandre PADILHA, Juliette PIEDEVACHECostumiers : Nacéra MAHI, Clémentine ANGLADE, Habitants et amis de la CompagnieScénographe : Naïma TALEBAssistantes scénographie : Sophia HAYAT, Camille BRIFFA.

 

Les représentations se sont déroulées au 104 à Paris

DSCN1380
DSCN1407
DSCN1357
DSCN1376
DSCN1428
DSCN1433
DSCN1430
P1030052
P1030137
P1030146_edited
P1030147_edited
P1030053
P1030186
IMG_1299
IMG_1301
IMG_1342

COMPAGNIE RESONANCES

La Compagnie Résonances

8, rue Camille Flamarion 75018 Paris 

01 44 85 53 86

Direction Naïma Taleb

 

n°siret:411 125 503 000 44

Licences d'entrepreneur de spectacles 1, 2 et 3

Association agréée Jeunesse et Education Populaire